L’ OECS : une organisation nécessaire à la bonne intégration régionale des Antilles Françaises

Caribbean-jacques-cornano-Caraïbes-Antilles-guadeloupe

La Martinique est entrée dans l’histoire cette année en devenant membre associé de l’Organization of Eastern Caribbean States, l’ OECS (en français, l’Organisation des États de la Caraïbe Orientale). Il s’agit là d’une bonne initiative et d’un exemple à suivre pour la Guadeloupe.

Notre monde désormais globalisé conduit à ce que l’intégration régionale ait un rôle de plus en plus important. Certes, les Antilles françaises ont une histoire et un ancrage avec la France et l’Europe en général non-négligeable. Celui-ci peut parfois être perçu comme un frein au développement des liens avec nos îles voisines telles que la Dominique, Sainte-Lucie, ou bien encore la Barbade et les Grenadines. Après tout, pourquoi la France, ancienne puissance coloniale, pourrait avoir une quelconque voix auprès de cette multiplicité d’États-souverains ? Un argument sans doute compréhensible par chacun.

Toutefois, la Guadeloupe ne peut ignorer sa situation géographique ainsi que son passé commun et semblable à celui de ces voisins. À l’OECS, ce n’est pas la France qui parlerait mais la Guadeloupe qui se positionnerait. Cette organisation internationale représente également une réelle opportunité pour nos territoires de nouer des liens importants avec des États anglophones (et hispanophones) dont les intérêts sont proches des nôtres.

Par ailleurs les domaines dans lesquels une coopération s’avèreraient possibles sont nombreux et concernent aussi bien la santé, l’éducation, la culture mais également les questions de développement durable. Les perspectives sont donc nombreuses.

On parle ainsi bien souvent d’Erasmus au niveau européen. Il s’agit là d’un beau programme, riche en enseignement et bon pour l’épanouissement de nos jeunes. Ainsi, ne peut-on pas imaginer un tel programme régional permettant aux jeunes guadeloupéens d’aller passer quelques mois, voire une année à Montserrat ou à la Barbade. A l’instar du programme CESAIRUS annoncée par la Martinique, ce type de projet semble être une avancée vers la mise en place du multilinguisme pour tous dans les Antilles.

Par ailleurs, et comme cela a pu être souligné lors de l’adhésion de la Martiniquenos territoires ont beaucoup à apporter, tant en termes économiques qu’en termes sanitaires. Nos hôpitaux sont en effet parmi les meilleurs de la région et ils peuvent ainsi constituer des pôles stratégiques pour les petites Antilles.

Le tourisme est bien sûr également concerné. Nos territoires attirent des personnes de tous les horizons et la richesse de notre patrimoine naturel et culturel constitue un réel atout pour le développement touristiques de nos îles. La Martinique a ainsi pu mettre en avant cette idée du tourisme multi destination entre nos différents territoires

Il est certain que l’intégration régionale constitue un pan important de l’avenir de la Guadeloupe. Les avantages sont nombreux et les échanges qui pourront être mis en place seront bénéfiques à la fois pour notre archipel, pour la France mais aussi pour notre belle région des Caraïbes. Il est donc dans notre intérêt de prêter attention à nos voisins et à ce que nous pouvons nous apporter mutuellement, que ce soit par le biais de l’OECS, du CEPAL mais aussi de nous pencher quelque peu sur d’autres organisation telles que le CARICOM, auprès de laquelle un ambassadeur représente déjà l’État français.

image_pdf
Print Friendly