RUP 2015

rupLa XXème Conférence des Présidents des Régions Ultrapériphériques (RUP) de l’Union Européenne s’est tenue du 2 au 7 février en Guadeloupe. Cet événement est donc l’occasion de rappeler en quoi consistent les RUP et l’intérêt d’un tel événement.

Des territoires européens malgré l’éloignement du Vieux continent

On compte actuellement neuf régions ultrapériphériques dans l’Union européenne. Ces territoires sont nommés ainsi car, bien que régions européennes, elles se trouvent au delà des frontières du Vieux continent. Le passé colonial de la France, du Portugal et de l’Espagne explique cette présence européenne en Guadeloupe, à Saint-Martin, en Martinique, en Guyane, à la Réunion, à Mayotte mais aussi aux Canaries, dans les Açores et à Madère.
La qualification de RUP repose par ailleurs sur plusieurs critères qui leurs sont propres. L’article 349 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne met ainsi en exergue « leur éloignement, l’insularité, leur faible superficie, le relief et le climat difficiles, leur dépendance économique vis-à-vis d’un petit nombre de produits » qui sont des « facteurs dont la permanence et la combinaison nuisent gravement à leur développement ».

La présence de figures européennes et une déclaration finale tournée vers l’emploi

Cette année 2015 fut donc l’occasion de célébrer le 20ème anniversaire de cette manifestation et de nombreuses personnalités ont pu faire le déplacement. On a donc pu noter la présence de représentants de tous les RUP, mais également de députés européens et de Corina Crețu, commissaire européenne à la politique régionale. Cette dernière a d’ailleurs profité de cet événement afin de souligner qu’il était important que les Régions ultrapériphériques utilisent les fonds régionaux de l’Union européenne et qu’il était nécessaire que l’Union accorde un intérêt tout particulier à ces régions « qui rencontrent de nombreuses difficultés bien qu’ils aient également de nombreux atouts ».

La déclaration finale de la réunion a permis quant à elle de mettre en avant les grands sujets sur lesquels les dirigeants européens et nationaux doivent se pencher afin d’améliorer les conditions des ultramarins. Parmi eux, on note l’emploi, la question de l’accessibilité ou bien encore l’agriculture et la transition énergétique.

Le Sénateur Jacques Cornano estime par ailleurs qu’il est nécessaire de mettre plus en avant les questions liées à la double insularité. C’est donc à ce titre qu’il rencontrera prochainement la Commissaire à Bruxelles, dans les locaux de la Commission européenne.

Enfin, on notera que cette XXème conférence sonnait également le glas de la présidence guadeloupéenne. Rendez-vous l’année prochaine à Madère, au Portugal !

image_pdf
Print Friendly